• 2 commentaires

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • 2 commentaires

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire
  • COLLEGE DE L’ESPERANCE

    BP :  13450

            YAOUNDE

    TEL : 22 20 95 21

    Année Scol. 2010-2011

    Département de Français

    PROBATOIRE  BLANC  N°1

    EXAMINATEUR : M. OMBAKANE

    Epreuve Littérature

    Durée :  3H

    Coef :

    Classe : PG

     

    SUJET UNIQUE : EXPLOITATION DE TEXTE

     TEXTE

                « La T.V.parachèvera l’œuvre amorcée par les magazines, l’affiche, les romans-photos et le cinéma. Par elle nous entrons définitivement dans la civilisation de l’image, c'est-à-dire du langage de la facilité. Nous rejoignons sur ce point l’ère des cavernes où l’homme pour communiquer, pour transmettre ses messages, devait s’exprimer par gestes, par quelques sons simples, ou dessiner des graffiti sur les parois des grottes ».

             L’image n’est-elle pas toujours l’idoine de ceux à qui d’autres moyens d’expression sont refusés ? Lorsque quelqu’un ne nous comprend pas, nous lui disons ironiquement : « Faut-il vous faire un dessin ? »

            La pensée, la science n’ont jamais progressé qu’à partir du verbe et quand l’écriture est venue appuyer et relayer la parole. Tout raisonnement ne chemine qu’en prenant pour point d’appui le mot, la lettre, le chiffre, le signe. 

            Le langage de l’image, au contraire, c’est le retour à l’élémentaire, au primitif. Avecla T.V., qui trace à l’image sa voie triomphale, nous nous enfonçons dans un chemin qui aboutit à la civilisation du digest, du simplifié. L’enfant préfère souvent, à un ouvrage entièrement écrit, un livre de bandes dessinées parce que lire c’est traduire et que cet effort de traduction le rebute.

           Mais ce n’est pas une série de tableaux vivants ou de projections par lanterne magique que débitela T.V.Unarrosage interrompu d’images animées vient bercer l’œil, et le rythme filmique n’exige plus aucun effort d’attention, de réflexion.

           Si la substitution de l’image à l’écriture, à celle seule, rend l’esprit paresseux, aucun être humain ne pourra subir pendant de nombreuses années trois ou quatre heures d’images animées, sans être atteint d’un ramollissement cérébral.

           Il s’installe dans un état d’hibernation physique et mentale. John Kennedy lui-même a pu dire un jour : « Nous ne jouons plus, nous ne marchons plus. Nous étions une nation d’athlètes, nous sommes devenus une nation de spectateurs. » Cette passivité mène à l’engourdissement, à l’impuissance. Ce n’est plus un téléspectateur, c’est un télévoyeur pour lequel les sociologues d’outre-atlantique ont forgé le mot de vidiot, alliage de « vidéo » et d’ « idiot ».

                                     A. Diligent, La télévision, progrès ou décadence, Hachette, p.72

     I-      COMMUNICATION

     1)     Après avoir lu le passage, vous déterminerez qui sont : l’émetteur et le récepteur. Leur présence est-elle implicite ou explicite ?    (2pts)

    2)     Tout en reconnaissant le type de ce texte, à partir des indices caractéristiques, dégagez la principale fonction du langage.    (2pts)

     II-  MORPHO-SYNTAXE

     1)     Analysez logiquement la dernière phrase du 5è paragraphe ; puis donnez sa forme.      (1,5pt)

    2)     Quel est le système verbal dominant de ce passage et montrez comment il convient à la communication de l’auteur ?   (1,5pt)

     III-     SEMANTIQUE

     1)     Quel est le thème central de ce texte ? Vous justifierez votre réponse à partir d’un champ lexical bien constitué.     (1,5pt)

    2)     L’auteur semble peu favorable à ce thème. Montrez le par un vocabulaire dépréciatif.     (1,5pt)

     IV-      ESPRIT DE SYNTHESE       / 5pts

     Résumez les 5 premiers paragraphes du passage au quart du nombre de mots que vous indiquerez d’avance.

     V-   DISCUSSION   /5pts

     L’auteur de ce passage pense que : "La substitution de l’image à l’écriture rend l’esprit paresseux par la télévision". Vous direz si vous pensez comment lui dans une démonstration bien menée d’une cinquantaine de lignes.

     

    VI-  Dissertation

                    SUJET : A la question de savoir : " Qu’y a-t-il de vrai dans vos histoires ?" Un romancier contemporain Michel Tournier avoue être tenté de répondre "Rien, j’ai tout inventé".

                   Pensez-vous d’après vos lectures que tout soit inventé dans les romans ?


    7 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique